Séminaire Urbaltour, Montagnes dans la mondialisation

Par Emmanuelle Peyvel et Judicaelle Dietrich

Cascades d’Ouzoud, par M. Oiry Varacca, 2011

Le jeudi 9 mars 2023, s’est tenue la première séance du séminaire Urbaltour. Celui-ci a pour objectif de créer une dynamique commune de travail au sein de l’équipe, où se rencontrent des spécialistes du tourisme, de l’urbain et des théories postcoloniales en Asie du Sud et Sud-Est.

Organisée par Judicaelle Dietrich au laboratoire EVS (Lyon 3), la séance s’intitulait Montagnes dans la mondialisation. Elle réunissait deux chercheuses : Mari Oiry Varacca, Maîtresse de conférences en géographie à l’université Gustave Eiffel, et Pauline Texier, Maîtresse de conférences en géographie à l’université Lyon 3. Isabelle Sacareau en était la discutante. Professeure de géographie à l’université de Bordeaux, spécialiste du tourisme domestique au Népal, elle a récemment porté l’ANR Preshine sur les pressions en eau et en sols dans l’Himalaya. Elle est aujourd’hui l’une des garantes scientifiques de notre ANR.

Comme Mari Oiry-Varacca et Pauline Texier, nous nous inscrivons dans les théories critiques et plurielles du fait urbain comme touristique. En effet, les stations d’altitude renseignées dans le cadre de notre ANR ne sont pas seulement des cas d’étude, aussi nécessaires qu’ils soient : ils sont aussi à comprendre comme une opportunité concrète de décentrement du savoir, non seulement dans les études urbaines trop centrées sur les métropoles au profit des petites et moyennes villes, mais aussi dans les études touristiques, encore trop tournées vers le tourisme international dans les pays dits du Sud, alors que le tourisme domestique y est toujours dominant. Dans les deux cas, nous cherchons à nous dégager de cette théorie du ruissellement, qui ne peut constituer le seul récit paradigmatique de la mondialisation.

Mari Oiry-Varacca s’est appuyée sur la publication de son ouvrage Montagnards dans la mondialisation, Réseaux diasporiques et mobilisations sociales  (Presses Universitaires de Grenoble, 2019), qui croise plusieurs terrains investis successivement : l’Atlas marocain, les Highlands écossais et les Alpes. Entre Afrique et Europe, Nord et Sud, elle y mène une étude des processus de marginalisation et de lutte contre ces derniers en montagne, particulièrement le rôle du tourisme et du patrimoine dans la production de récits contre-hégémoniques contestant les grands récits nationaux à l’origine de ces effets de marginalisation et d’infériorisation.

Lors de cette séance, elle a particulièrement développé le cas des coopératives de femmes dans l’Atlas marocain (Ourika, Aït Bougmez et Taliouine). Elle a livré une analyse critique de ces tiers-lieux, entre espaces domestiques et espaces publics, dans la renégociation des rapports de domination en montagne. Nuançant leurs effets de levier dans la vie économique et l’émancipation des femmes enquêtées, elles relit plus finement ces dispositifs comme la rencontre d’un féminisme d’Etat et d’un « féminisme civilisationnel » (F. Vergès) dans un cadre libéral, ne remettant pas fondamentalement en cause les rapports sociaux de domination en présence. Promues pourtant comme des outils d’empowerment, ces coopératives révèlent tout autant qu’elles renforcent les inégalités d’accès à la ressource touristique.

Publicité pour une coopératives de femmes fabricant des produits à partir d’argan à Ourika
Source : M. Oiry Varacca, 2011

Pauline Texier a présenté ses travaux en cours liés au programme CORESTART financé par l’Union Européenne (FEDER-POIA 2018-2022), au sein duquel elle est en charge du projet ADAPT. Elle y conduit en équipe une étude sur la résilience économique et l’adaptation au changement climatique des territoires de montagnes, à partir des stations alpines françaises des Contamines-Montjoie (Haute-Savoie) et de Ceillac (Hautes-Alpes). Un travail d’enquêtes qualitatives et quantitatives permet de retracer les trajectoires de construction des communes sur des frises chronosystémiques, et d’identifier parmi les spécificités locales des terrains de montagne, les capacités adaptatives collectives héritées et remobilisables face au défi du changement climatique.

Source : P. Texier et M. Maillefert, à paraître

Une compréhension des jeux de pouvoir, parmi les acteurs en présence, des tensions sur le foncier et des dynamiques démographiques, mais aussi des contraintes socio-économiques qui pèsent sur certains foyers particulièrement vulnérables, amène à penser l’avenir de ces territoires à l’aune des représentations multiples, des inégalités et des orientations souhaitées pour le développement local. Ainsi, le tourisme basé sur l’or blanc, qui a permis à ces territoires de sortir du modèle agricole autarcique, semble aujourd’hui constituer un enjeu ambivalent, entre manne financière toujours vive mais menacée et inégalitaire, mise en valeur patrimoniale mais pesant sur les ressources naturelles, et accaparement des ressources (eau, foncier, logement) notamment au détriment de l’installation de jeunes ménages. Dans un contexte de résistance au changement et de pluralité des visions recueillies, le but opérationnel du projet est de fournir un diagnostic partagé soulignant ces divergences, et des outils stratégiques qui ont été co-construits avec les acteurs partenaires (indice de résilience territoriale OBREM’ALP, bulletins stratégiques communaux, exposition, film Ainsi fond.t réalisé avec l’école de Ceillac) visant à accompagner les territoires dans leur réflexion sur leur avenir économique commun, pour un Plan d’Action de Résilience des Territoires.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Emmanuelle Peyvel (9 mars 2023). Séminaire Urbaltour, Montagnes dans la mondialisation. Urbaltour. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vfi2


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search